SITUATION : Présentation du site

Le site Mythe Imaginaire Société pose que se répérer, comprendre la « situation » afin d’en établir les franges est la condition indispensable pour en pousser les us, coutumes, pratiques, exactions (ordinaires ou non) au bout de leur impardonnable logique.
Qui accepte encore aujourd’hui qu’on lui propose comme excellence de vie et idéal de dépassement un univers financier [...]

Avis de décès : Le service public est mort.

Rien n’a changé ! Le Monde nous apprenait (le 21 décembre 2011), que la SNCF allait verser 230 millions de dividende à l’Etat et que les universités, celles qui ont été bien converties au capital et à la rentabilité (73 sur 83 et l’on doit dire :
« responsabilités et compétences élargies » (RCE) dans le jargon pécressifiant hélas toujours d’actualité en 2014), ont dégagé un « excédent » de 120 millions d’Euros.
Si un service dit « public » engrange des bénéfices d’une telle ampleur sans les réinvestir dans son équipement ou les redistribuer dans les salaires ou par une baisse des tarifs c’est que ni ceux-ci ni les services proposés ne sont destinés au public mais n’intéressent (et c’est bien le mot!) que l’amont d’une hiérarchie (Etat ou actionnaires) que le pouvoir a déclaré primordial d’enrichir.
La notion de SERVICE PUBLIC est bel et bien morte : nous sommes tous des … Européens.

Conflits d’intérets ? Vraiment ?

En cette époque où l’on commence à peine à s’agacer des tics de langage et expressions à la mode qui se substituent de manière radicale à toute forme de pensée (Lire Matthieu Carlier, « 10 expressions vraiment insupportables », Le Huffington Post, 12 mai 2013) il en demeure une qui échappe la tête haute à cette soudaine prise de conscience de la sottise ou de l’hypocrisie dont ces expressions procèdent : c’est « conflit d’intérêts ». L’actualité s’est certes prêtée à son emploi ces derniers temps.

On voit bientôt les bons apôtres des médias pleurnicher et regretter cette très malencontreuse nomination qui inflige à la sainte victime une situation intenable de « conflit d’intérêts » !

Ben voyons !
Quand, pour avoir pu en être le témoin jour après jour, année après année, on connaît l’énergie dépensée, les magouilles et combines savamment mises au point [ . . . ] on est abasourdi d’entendre proférer cet hypocrite euphémisme.

Il n’y a pas de conflits d’intérêts qui tienne il n’y a que des combines, d’âpres rivalités entre intrigants et gens de cour pour atteindre des postes de responsabilité ou des positions d’influence. Positions qui garantissent des réussites et des revenus personnels conséquents. C’est tout, absolument tout.

Le change … MENT !

Ce qui est dérangeant dans les « affaires » politico-financières de ce début 2013 c’est qu’elles se jouent sur une toile de fond de « vide parfait », elles s’inscrivent dans un contexte dépourvu de toute forme d’idéologie autre que celle de la jungle capitaliste. Le pain des uns est offert en « jeux » aux autres. Le peuple, lui, sur les gradins est sottement figé de stupeur… puis se détendant, devient narquois et admire les nouveaux gladiateurs … en train de s’étriper ? Même pas !
Premier malaise : on sert « à l’opinion » (traduisez : le peuple) de la distraction éthique et de la rigueur purificatrice pour cacher la misère et divertir ; pour dissimuler surtout la continuité, sous un président paradoxalement « de gauche » et qui ne jure que par la sainte « croissance », de l’inexorable dévastation capitalistique et de la guerre de tous contre tous qui l’accompagne.
Second malaise : si « purge » il y a, celle-ci donne une lugubre impression de réglement de comptes, genre nettoyage interne dont sont si friandes les républiques démocratiquement totalitaires. Mais cette fausse lessive offerte en spectacle ne parvient pas à détourner (encore heureux) le regard d’un peuple que l’on broie jour après jour un peu plus.
Comment réagira-t-il aux prochaines échéances ? Tout est à craindre.

La « Croissance » est une religion

La croissance est une religion … ou une absurdité sur fond de panète épuisée, exsangue.
Coment peut-on encore oser « attendre son retour » ?
Comme le Progrès la croissance est une doctrine et un dogme. Utopies qui furent dynamiques donc purs et fieffés mensonges. Doutons !
Si seulement on savait ce qui est supposé croître : l’injustice qui enrichit les riches qui font croire aux pauvres qu’ils plument qu’il vont mieux répartir et redistribuer leurs richesses ?
L’homme, certes, a progressé en savoirs et en techniques. Sa technologie est redoutable et ses armes, à efficacité égale, sont des millions de fois moins coûteuses qu’au Moyen Age. Sans doute a-t-il parallèlement appris à soigner. Un vaste débat sur la déontologie et la bioéthique pourrait se greffer ici même.

L’art c’est gratuit ! Bien compris hadopi ?

Hadopi et la protection … du capitalisme.
Car revoilà, malgré la gauche, l’ Hadopi qui cherche à se recrédibiliser : toujours au prétexte de la protection (sic) des artistes bien entendu.
Aux antipodes de cette fébrile et pathétique lutte acharnée contre les arts et pour les marchands et industriels (et surtout leurs actionnaires), cette superbe phrase de Roland TOPOR* : « Le génie ne se vend pas il se donne. »
Tout est dit.
Comment peut-on oser :
1) vivre de son art ?
2) vivre de l’art et du génie des autres … comme le font les « industriels » et …
tant de fripouilles de la culture ?
___________________
*Roland TOPOR, Mémoires d’un vieux con, Wombat, Paris, 2011.

Les conditions de la Révolution

Même ceux qui s’opposent au capitalisme et les indispensables instances de spectacularisation qui lui servent de cohorte, d’assise, sont condamnés à recourir à la « comm », la sacro-sainte communication-médiatisation et au statut de star ou « stardom » pour parvenir à se faire entendre.
Les exemples sont abondants : pas de révolte, de révolution, de dénonciation politique sans spectacle et retentissement organisé ; que l’on s’appelle Negri, Cohn-Bendit ou Assange on est condamné à retentir. Toutefois force est de constater qu’il en est qui sont parvenus à demeurer efficaces sans sombrer dans la pipolisation ou le star system : les Anonymous, par exemple, ou ceux dont la police (en accumulant les gaffes) à assuré elle-même, excellemment, la « promotion » et au nombre desquels on peut citer le prétendu « groupe de Tarnac ».
Tous les autres émetteurs de contestation sont relégués au fin fond du web et étouffés par le bruit des myriades de forums et blogs … d’autres encore sont comme paralysés par le paradoxe insoluble : pour exister à la conscience de l’autre, et dénoncer la tyrannie du spectacle aliénant qui fait de vous une marchandise, il faut retentir et postuler pour un écho médiatique… (La suite)

Pondération … qu’ils disaient !

« Pondération » : quand on voit la notion mathématico-statistique pointer son nez dans un argumentaire tout est dit. Rien n’y sera fiable. Trucage ici, petit ajustement là, lissage de courbe, enfin, pour faire beau …
En clair : rien ne sera mis au service de la recherche de la « vérité ». Tout sera mis au service de la force de conviction (un peu à la méditerranéenne) . Le rhéteur doit convaincre, persuader, faire partager son opinion – quitte à feindre le débat – par toutes les ficelles que l’industrie du discours procure à l’érudit de ces arsenaux. Foin de l’authenticité, du vrai, du juste. La vérité, si jamais elle survient, ne sera jamais qu’un additif (élégant), qui vient en sus, qui sur-vient, dans le processus mis en oeuvre afin de convaincre et d’emporter la conviction…
Ainsi va également la « démocratie »… et la communication (la « comm »), la pub, la séduction, la drague, le commerce… Mentir avec talent consiste à bien dissimuler que l’on ment. Le meilleur moyen d’y parvenir n’est-il pas de se la cacher à soi-même ? Parvenir à croire (à se faire croire) que l’on n’est pas en train de mentir doit, dans notre culture, toujours emporter la conviction de l’interlocuteur.
Qu’importe finalement la vérité ? Tout étant relatif, tout se vend, tout se vante ! Tout fait « ventre ». Tout fait fric.

Le capitalisme coule dans les veines de la gauche

Eh oui, il coule à flot, le capitalisme, dans ces veines-là : à lire Serge July : « . . . sans croissance personne n’a jamais remboursé ses dettes » ou Marianne et son (in-)fidèle relais Marianne 2 qui titre « Un autre capitalisme est possible » ou tant d’autres « prudentes » interrogations des « staffs » politiques, il faut s’attendre [...]

Démondialiser avec ou sans la sacro-sainte « croissance »?

Aux belles heures de cet « octobre rose » de 2011 pourquoi n’a-t-on jamais évoqué l’ablation définitive de la mythologique « croissance » infinie ?

Travail

Travail trouve son origine dans le latin trepalium qui était un outil de torture … la chose n’appelle guère d’autre commentaire que « tu gagneras ton pain à la sueur de ton front « . De cette incontournable torture répondant à la contrainte « naturelle » du « bosse ou crève », l’humain est passé, poussé par le goût du profit (que font ses employeurs) puis par peur de l’ennui d’être face à face avec soi-même à l’adoration de la torture qu’il subit et, partant, des tortionnaires qui la lui infligent. Véritable victime du syndrome de Stockholm, l’humain en est venu à pervertir son instinct de conservation au point de diviniser son épuisement et l’exploitation de sa propre et périssable personne.

Contexte et situation

Nous pratiquerons un très rapide « retour aux sources ». Car notre contexte historique est très particulier : il est issu de la vaste confusion née aux XIX° et XX° et au sein de laquelle nous nous croyons contraints de vivre, résignés que nous sommes.
Nous devons assumer le passé et le dérangement profond que subirent les mentalités

Torturer ces vérités ordinaires

Abreuvés de mythes, nous nous appliquons, lors de nos cultes médiatiques, de nos séances de crétinisation, à être sottement les bourreaux de nous-mêmes. Reprenons, une à une les scènes du spectacle de nous-mêmes. Torturons sans complaisance les « vérités ordinaires » : il n’y a pas d’alternative au capitalisme, nous aspirons tous au même bonheur, et avons atteint la fin de l’histoire.

« La » Crise : Domino day

On connaissait « domino-day », on pourra dire que 2008 fut « domino-year ».
Il suffit de se souvenir et de regarder de manière ludique les effondrements économiques et financiers en cascade qui se produisirent et l’empilement de ruines qu’offrait alors le paysage.
Mais rien n’y fit. Tout est « réparé » dirait-on et la machine est repartie comme « avant », aussi vaillante. Avec [...]

L’indécence sociale

Proposition de sujet d’examen :
Comment représenter l’indécence sociale de notre monde ? Comment faire pour que les dites représentations  n’aggravent pas celle-ci ?
Le corrigé demeure à établir.
Si quelqu’un veut bien le rédiger…       nous sommes preneurs.

Stages : falsification… ou arnaque ?

Apprendre à s’offrir gratuitement à l’employeur : ça, ça vous forge les insoumis, ça brise la rétive bestiole – une fois qu’elle s’est montrée capable d’accepter ça … elle acceptera qu’on la récompense à la mesure de sa soumission.

… en stage, en stage, en stages …

Untel donnait des cours de « lutte contre le crétinisme ambiant »  (si, si  – tout le monde n’est pas modeste ! Pourtant là où ça se passait  ce n’était pas du luxe !).
Résultat : les crétins, un à un, ont quitté la salle, puis abandonné le cours définitivement. Crétins ils désiraient rester.  C’était bien évidemment leur [...]

Lutte des classes ? Allons donc.

L’humain lambda plus ou moins lumpen, quoi qu’on dise ou souhaite, n’ambitionne pas de s’acheter un yacht ou un château, ni même une grosse voiture. Il ne veut que plus d’argent pour jouer au loto ou miser plus gros au tiercé.
Quant à acquérir, il ne rêve que de ce qu’on lui montre partout comme devant [...]